Eglises

• Samedi 30 juillet 2016 à 0h51

Répondre à la violence «par la force de l'amour»

Une messe en mémoire du Père Jacques Hamel a été célébrée ce vendredi soir (29 juillet) à la basilique Saint-Jean-Baptiste de Chaumont. Elle a été présidée par l’évêque de Langres, Mgr Joseph de Metz-Noblat, dans une église à l’assemblée nourrie. Christine Guillemy, maire de Chaumont et vice-présidente du conseil régional était présente, ainsi que Brigitte Fischer, conseillère départementale. Des catholiques pratiquants, mais aussi des Chaumontais venus par solidarité, avaient fait le choix de participer à cette messe qui venait conclure, pour les catholiques, une journée de prières et de jeûne sur invitation de Mgr Georges Pontier, président de la conférence des évêques de France.
« Sommes-nous revenus aux temps des premiers martyrs ? », a interrogé l’évêque de Langres, dans son homélie, rappelant notamment le martyre de saint Aurèle évoqué dans la cathédrale de Langres. « Nous n’avons pas souvenir récemment d’avoir connu de telles atrocités. Face à ces atrocités, spontanément, notre réaction est de dire qu’il faut réprimer sévèrement ceux qui ont commis de tels actes », a reconnu l’évêque, tout en précisant : « Si la force est une vertu, la violence n’en est pas une », a-t-il fait valoir. « Il serait odieux de tomber dans une spirale de la violence qui ne peut que dégénérer ». L’évêque a rappelé les paroles du Christ lui-même, dans le passage de la Passion où Jésus est arrêté à Gethsémani et au cours de laquelle l’apôtre Pierre sort son épée. « Jésus lui dit : range ton épée (…) Nous ne répondrons à la violence que par la force de l’amour et le respect de tout être humain quel qu’il soit (…) Nous sommes appelés à être des martyrs, c’est-à-dire de vrais témoins de l’amour de Dieu, l’amour de Dieu qui pardonne, de l’amour qui fait grandir, de l’amour qui n’enfonce pas mais au contraire qui rend la dignité ».
L’évêque s’est ensuite interrogé : « On peut être surpris par l’âge des auteurs de l’assassinat : 19 ans, c’est l’âge où on veut refaire le monde. Comment permettre à notre jeunesse de mettre ses ambitions au bon endroit ? », pour la « construction » et non « la destruction ». « Comment allons-nous transmettre cette expérience de la vie qui nous permet de considérer tout être comme un frère, comme une sœur ». Et Mgr de Metz-Noblat de faire le constat : « Sans doute avons-nous manqué de quelque chose dans la période d‘après-guerre : nous avons manqué de Dieu ! On a pensé que la prospérité était suffisante », a poursuivi l’évêque mettant alors en exergue les injustices et inégalités. « Il est temps de remettre Dieu au centre de notre vie (…) Il est bon pour nous de mettre la charité dans nos relations humaines ». Invitant les chrétiens à donner le « témoignage de la charité », il a conclu, citant saint Paul : « Ni la mort, ni la vie, rien ne pourra nous séparer de l’amour du Christ ».
P. S.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Répondre à la violence «par la force de l'amour»5.051

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Widget Marie

  • Génération séniors

    Génération sénior
  • Guide été de la Haute-Marne 2016

  • Twitter

    Twitter Voix de la Haute Marne