Social

• Jeudi 15 novembre 2018 à 19h20

Gilet jaune : la préfecture sur le pied de guerre

La préfecture mettra en place une cellule de crise dès samedi matin

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La préfecture mettra en place une cellule de crise dès samedi matin

Une cellule de gestion de crise sera établie à la préfecture de Chaumont dès samedi matin, pour la journée du 17 novembre. Ce sera le premier jour de mobilisation des gilets jaunes. On comptabilise pour l’heure entre 35 et 40 points de blocage sur tout le département. L’État a donc pris ses dispositions pour que les manifestations se déroulent sans incident. “Manifester est un droit mais nous appelons à la responsabilité personnelle de chacun”, rappelle François Rosa, le secrétaire général de la préfecture. C’est lui qui sera aux avant-postes puisqu’il fait l’intérim entre le départ de la préfète et l’arrivée de la nouvelle représentante de l’État dès lundi.

Plusieurs points seront particulièrement sensibles, notamment le concert du groupe Trust à Saint-Dizier et le festival de la photo de Montier-en-Der. “Nous apprécierons les situations au cas par cas”, reprend François Rosa. Les forces de l’ordre devraient être sur place pour le bon déroulé des manifestations. “Nous maintiendrons un contact avec les manifestants toute la journée, je fais confiance à l’intelligence collective”, appuie le secrétaire général.


Voir également nos articles dans notre édition du 16 novembre.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Gilet jaune : la préfecture sur le pied de guerre2.051

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

1 commentaire

Réagir à cet article

Vos commentaires

  • 66issue

    La seule issue à cette crise politique et sociale majeure,la seule issue immédiate,démocratique et conforme à nos institutions est la tenue d’un référendum sur la politique fiscale du gouvernement (hausse du prix du carburant) :que les Françaises et Français soient consultés,qu’ils donnent leur avis !Le résultat du scrutin permettra à M.le président de la République d’en tirer les conclusions qui s’imposent,sans perdre la face.Peut-on être + royaliste que le roi ?Le général De Gaulle en son temps (en 1969)n’avait-il pas organisé semblable référendum ?Si M.Macron est un démocrate comme il aime à le dire fréquemment cette procédure démocratique de consultation ne devrait pas lui poser le moindre problème,tant moral que politique.

    Nous devrions donc savoir, assez vite si sommes toujours en démocratie ou bien dans un régime qui dérive lentement mais sûrement vers la tyrannie.

    UN:F [1.8.4_1055]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Widget Marie

  • Génération séniors

    Génération sénior
  • Guide été de la Haute-Marne 2016

  • Twitter

    Twitter Voix de la Haute Marne